LESIA - Observatoire de Paris

Un service de météorologie de l’espace pour l’aviation civile mondiale

vendredi 16 novembre 2018

Le Conseil de l’organisation mondiale de l’aviation civile (OACI) a décidé que les Etats-Unis et les consortia ACFJ et PECASUS seront les fournisseurs au niveau mondial d’un service opérationnel de météorologie de l’espace pour l’aviation civile.

Dans le consortium ACFJ (Australie Canada France Japon), la France sera responsable du service "radiations", qui sera assuré par la société CLS avec les outils que le service CERCLe du LESIA leur fournit.

L’organisation mondiale de l’aviation civile (OACI) a lancé, en 2017, un appel à candidatures pour un service opérationnel de météorologie de l’espace pour l’aviation civile. Ce service devra surveiller l’environnement spatial de la Terre en particulier dans quatre domaines : radiations (doses dues au rayonnement cosmique), communications haute fréquence, opérations de positionnement par satellites (GNSS) et liens de communication par satellites.

Un consortium français composé de Météo France et des sociétés ESSP et CLS a répondu en septembre 2017. Les candidatures ont été évaluées en février dernier par l’organisation météorologique mondiale. A la suite de cette évaluation, des regroupements se sont opérés. La France fait maintenant partie d’un consortium avec l’Australie, le Canada et le Japon (ACFJ). D’autres candidats en compétition au niveau mondial étaient les Etats-Unis, un consortium autour de la Finlande, la Belgique et plusieurs autres pays européens (PECASUS), ainsi que la Russie, la Chine et l’Afrique du Sud.

Dans sa séance du 13 novembre 2018, le Conseil de l’OACI a décidé que ACFJ, PECASUS et les Etats-Unis seront les fournisseurs de services mondiaux, avec une revue du nombre optimum de centres d’ici neuf ans. Dans le consortium ACFJ, la France sera responsable du service "radiations", qui sera assuré par la société CLS avec les outils que le service CERCLe du LESIA, reconnu comme service national d’observation par l’INSU, leur fournit.

CERCLe travaille depuis une vingtaine d’années avec l’IRSN (Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire) et la DGAC (Direction Générale de l’Aviation Civile) dans le domaine de la surveillance des doses de radiation reçues par le personnel navigant de l’aviation civile en France (programme SIEVERT). Il s’agit d’estimer et de prévoir les doses de radiation dues au rayonnement cosmique qui provient de notre Galaxie et d’évaluer a posteriori la contribution occasionnelle des particules de haute énergie accélérées au Soleil. Les mesures utilisées sont celles des moniteurs à neutrons, détecteurs de particules de haute énergie au sol répartis sur l’ensemble du globe. La France opère deux moniteurs, hébergés par l’Institut Polaire Paul Emile Victor (IPEV) aux Iles Kerguelen et en Terre Adélie (Antarctique).

Pour le service à venir au bénéfice de l’aviation civile, le CERCLe a adapté ses logiciels à un fonctionnement en temps réel. C’est la société CLS à Toulouse qui assurera leur opération et leur exploitation pour l’envoi de messages d’information et d’alertes. Le service CERCLe du LESIA soutiendra CLS par son expertise technique et scientifique.

Carte de débit de dose, à des altitudes de vol de l'aviation civile, lors (...)
Carte de débit de dose, à des altitudes de vol de l’aviation civile, lors d’une période de faible activité solaire (novembre 2018)

Crédits : Observatoire de Paris/LESIA/service CERCLe

Carte de débit de dose lors d'un gros événement solaire à particules (20 (...)
Carte de débit de dose lors d’un gros événement solaire à particules (20 janvier 2005)

Crédits : Observatoire de Paris/LESIA/service CERCLe


Ce type de cartes sera calculé pour l’aviation civile. La carte sera mise à jour une fois par jour en période solaire calme, mais au minimum une fois toutes les 5 minutes lors d’un événement solaire.

Pour en savoir plus

Contact LESIA